Peut on générer du rendement avec du pair-trading sur obligations avec la méthode de co-intégration?

Dernière mise à jour : 3 janv.

L'étude complète est disponible ci-dessous :

FINETUDES.PAIR TRADING.FR
.pdf
Download PDF • 569KB

En finance, les produits dérivés et les positions d'arbitrage sont deux recours possibles pour les investisseurs qui cherchent à augmenter leur profit. Le pair-trading est une méthode alternative de gestion d'actifs consistant à générer une opportunité d'arbitrage entre deux actifs ayant une évolution similaire.

Pour un actif A et un actif B donnés, ayant un mouvement de prix corrélé, la stratégie de pair-trading consiste à vendre l'actif A lorsqu'il atteint sa valeur maximale et à acheter l'actif B lorsqu'il atteint sa valeur minimale. Plus précisément, le trading de paires associe une position longue et une position courte sur deux actifs corrélés différents. Il s'agit d'une stratégie de couverture simple qui permet de profiter d'une opportunité d'arbitrage dans un marché haussier (hausse) ou baissier (baisse). Il existe de nombreuses stratégies de pair trading. Par exemple, nous pouvons analyser la dissimilarité des moyennes mobiles ou l'évolution de la corrélation. Dans cette étude, nous nous concentrerons sur la méthode de pair-trading des obligations en utilisant la méthode de cointégration, introduite par Engle & Granger, et nous mettrons l'accent sur les possibles cointégrations des spreads sur les obligations.

La cointégration vérifie la relation à long terme entre deux séries temporelles. La méthode consiste, pour deux séries temporelles X𝑡et Y𝑡, à effectuer une régression ordinaire des moindres carrés est faite afin de déterminer les paramètres α et β de l'équation suivante :

On teste ensuite la stationnarité du résidu à l'aide du test de Dickey-Fuller augmenté (ADF). Si c'est le cas, nous considérons une cointégration entre deux séries temporelles étalées et pouvons profiter d'une divergence à court terme entre deux actifs.

Après avoir simulé une stratégie de pair-trade sur le marché obligataire en utilisant la méthode de cointégration selon différents scénarios et en respectant des conditions données (concernant la régression, la cointégration et le niveau d'erreur pour déterminer le moment opportun pour prendre position), nous remarquons qu'une différence de 2 ans de durée génère, en moyenne, 3 pair-trades de plus par rapport à une augmentation de 50 bps de la différence de spread. Nous ajoutons 3 à 4 paires de transactions avec une différence de durée de 2,5 ans et 5 paires de transactions supplémentaires pour une durée de 3 ans tout en ayant 5 pb supplémentaires pour la différence de spread. Nous concluons que l'augmentation de la différence de spread ou de la différence de durée affecte peu le nombre de pair-trades engendrés.

En étudiant la performance des pair-trades après 1 mois, 3 mois et 6 mois d'investissement, nous constatons que 50% des pair-trades génèrent des rendements négatifs sur l'ensemble du temps couvert. Cependant, 45% des pair-trades génèrent des performances après 1 mois, 35% après 3 mois et 30% après 6 mois. Nous pouvons conclure sur la nécessité de ne pas conserver une position à long terme.

En calculant la performance maximale, nous constatons que tous les pair-trades génèrent de la performance. Sur la base des différents termes, entre 55% et 70% des pair-trades génèrent un rendement maximum de 1%. La part des pair-trades générant entre 1% et 2% de rendement est stable : environ 17% à 20%. Cependant, de 1 mois à 6 mois, la proportion de pair-trades générant plus de 2% de rendement passe de 30% à 45%. Nous pouvons en conclure que les pair-trades les plus performants nécessitent plus de temps alors que les pair-trades les moins performants génèrent du rendement rapidement. Les performances des pair-trades sont représentées par une courbe en forme de J.

Si l'on considère les coûts de transaction (au moins 1%), il est impossible de surperformer le marché obligataire grâce aux rendements des pair-trades. Le marché obligataire est un marché efficient.

82 vues0 commentaire