Comment la corrélation des marchés internationaux évolue-t-elle en période de crise ?

Dernière mise à jour : 3 janv.

Cliquez ci-dessous pour lire l'étude :

FINETUDES.CORRELATION.FRANCAIS
.pdf
Download PDF • 1000KB

2020, l'année des pandémies et des catastrophes sanitaires, mais aussi de la forte volatilité et du krach des marchés financiers. Comparable à 2018, entre le 19 février et le 9 mars 2020, le CAC a perdu près de 23% de sa valeur. Le 23 mars, le S&P 500 a perdu 2,9 % de sa valeur et le VIX est à 62 points. Le 17 mars 2020, la vente à découvert est interdite en France, et le 20 avril 2020, le prix du pétrole devient négatif. Les marchés actions touchent le sol tandis que la dette publique gratte le ciel.

C'est pour de tels moments que la théorie de la diversification des portefeuilles a été adoptée, les corrélations entre les marchés sont prises en compte dans les allocations d'actifs aux côtés des rendements et des volatilités, mais de nombreux travaux ont prouvé que les corrélations changent selon le régime des marchés : la corrélation entre les actifs dans les marchés haussiers diffère de la corrélation dans les marchés baissiers.

Les affirmations d'Andrew Ang et Geert Bekaert en 1999 selon lesquelles " si vous ne pouvez pas compter sur la diversification en temps de crise, vous devrez peut-être changer les règles du jeu " ont mis en lumière un point majeur de la théorie de la diversification qui implique que les corrélations sont stables quel que soit le régime du marché.

Arrivés en 2001, Chesnay et Jondeau étudient la corrélation internationale sur plusieurs marchés tels que le S&P, le DAX et le FTSE entre 1988 et 1999 et concluent que les corrélations augmentent en période de turbulence.


Cet article s'inspire des études de Chesnay et Jondeau et projette leurs résultats sur les dix dernières années afin de comprendre, à l'aide du modèle de Markov Switching, le comportement de la corrélation des marchés internationaux en période de turbulence.

En commençant par une revue de la littérature, nous passerons à la théorie du Markov Switching Model pour réaliser un cas pratique qui servira à répondre à une question spécifique de : Au vu des turbulences des dix dernières années, peut-on rejeter l'hypothèse de constance des corrélations et affirmer leur dépendance aux régimes de volatilité ?

90 vues0 commentaire