Comment la corrélation des marchés internationaux évolue- t-elle en période de crise ?

Date de publication : Jeudi 01 octobre 2020

Rédacteur :

Imane AHMED-SAADI

2020, l’année de pandémie et des catastrophes sanitaires, mais aussi de haute volatilité et crash des marchés financiers. Entre le 19 février et le 9 mars 2020, le CAC40 perd près de 23% de sa valeur. Au 23 mars, le S&P 500 perd 2,9 % de sa valeur et le VIX est à 61.59 points. Au 17 mars 2020, la vente à découvert est interdite en France, et au 20 avril 2020, les cours du pétrole deviennent négatifs. Les marchés actions touchent donc le sol tandis que la dette publique gratte le ciel, résultant en des récessions et des crises de liquidité.

C’est pour des moments pareils que la théorie de diversification des portefeuilles a été adoptée, les corrélations entre les marchés sont prises en compte dans les allocations des actifs à côté des rendements et volatilités. Cependant, de nombreux travaux ont prouvé que les corrélations changent en fonction du régime des marchés : la corrélation entre actifs en marché haussier diffère de celle des marchés baissiers.

Les affirmations de Andrew Ang et Geert Bekaert en 1999 disant que « si on ne peut pas compter sur la diversification en cas de crises, on devra peut-être changer les règles de jeu » ; ont mis la lumière sur un point majeur dans la théorie de diversification qui implique que les corrélations sont stables quel que soit le régime du marché.

Arrivé 2001, Chesnay et Jondeau étudient la corrélation internationale sur plusieurs marchés tel que le S&P, le DAX et le FTSE entre 1988 et 1999 et arrivent à conclure que les corrélations augmentent en période de turbulence.

Cet article va s’inspirer des études de Chesnay et Jondeau et projeter leurs résultats sur les dix dernières années afin de comprendre, à l’aide du modèle de changement des régimes (Markov Switching Model), le comportement de la corrélation des marchés internationaux lors des périodes de turbulence.

Commençant par une revue de littérature, on passera vers la théorie de Markov Switching Model pour conduire un cas pratique qui servira à répondre à l'interrogation suivante : Au vu des turbulences de ces dix dernières années, pourrait on rejeter l’hypothèse de constance des corrélations et affirmer la dépendance de ces dernières aux régimes de volatilités ? 

Cliquer ici pour lire l'article en entier

  • LinkedIn Social Icône
  • YouTube
  • Instagram
NOS PARTENAIRES
Sciencespo finance
93409452_257829458722320_602682134094885
LOGO FIMTECH
WhatsApp Image 2020-05-18 at 14.30.50
Logo PNG
cropped-afcg-logo-1
youth in finance
13503071_1049678935125168_45656092039026
IESEG FINANCE
Logo 2
COBFI-FOND-BLANC_edited
10931179_1520843788181156_63063477786713
WhatsApp Image 2020-04-30 at 18.16.16
WhatsApp Image 2020-04-26 at 12.15.45
logo learn to trade
0
Logo PNG (1)
Logo avec titre (1)
WhatsApp Image 2020-04-19 at 19.10
INSA%20FINANCE%20LOGO_edited
IMG_0046
cropped-logo_fintech-1-1
MBF ASSAS
LOGO LE PETIT ANALYSTE
Sciencespo finance
93409452_257829458722320_602682134094885
LOGO FIMTECH
WhatsApp Image 2020-05-18 at 14.30.50
Logo PNG
cropped-afcg-logo-1
youth in finance
13503071_1049678935125168_45656092039026
IESEG FINANCE
Logo 2
COBFI-FOND-BLANC_edited
10931179_1520843788181156_63063477786713
WhatsApp Image 2020-04-30 at 18.16.16
WhatsApp Image 2020-04-26 at 12.15.45
logo learn to trade
0
Logo PNG (1)
Logo avec titre (1)
WhatsApp Image 2020-04-19 at 19.10
INSA%20FINANCE%20LOGO_edited
IMG_0046
cropped-logo_fintech-1-1
MBF ASSAS
LOGO LE PETIT ANALYSTE

©2020 par FINETUDES

Les publications reflètent les opinions personnelles des rédacteurs et sont publiées à titre purement informatif. FINETUDES ne garantit pas l’exactitude des analyses et l’exhaustivité des publications.
Ces opinions peuvent être modifiées à tout moment sans notification.